Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Surprise à Niort : Nathalie Seguin ne sera pas candidate aux municipales

Stéphane Mauran, Nathalie Seguin, Yann Jézéquel, Jean-Luc Boulnois, co-secrétaire départemental du Parti de gauche, Jérémy Robineau-Thomas et Bruno Bonin, secrétaire départemental du PCF. « Passer la main, c’est normal et ce n’est pas grave », déclare Nathalie Seguin.  © Photo NR

Stéphane Mauran, Nathalie Seguin, Yann Jézéquel, Jean-Luc Boulnois, co-secrétaire départemental du Parti de gauche, Jérémy Robineau-Thomas et Bruno Bonin, secrétaire départemental du PCF. « Passer la main, c’est normal et ce n’est pas grave », déclare Nathalie Seguin. © Photo NR

Contre toute attente, l’élue ne conduira pas la liste La France insoumise aux municipales. Au nom d’une stratégie départementale de renouvellement.

J’ai pris la décision de ne pas me présenter aux municipales de 2020. L’annonce faite hier par Nathalie Seguin en surprendra plus d’un, tant il semblait logique que l’élue soit la candidate de La France insoumise à la mairie de Niort l’an prochain. Ne serait-ce qu’au regard de sa performance aux législatives de 2017 : qualifiée au second tour, du jamais vu, elle avait terminé à 42 % face au candidat La République en Marche Guillaume Chiche.


“ Une décision collégiale ”Mais voilà. Une assemblée générale départementale de LFI s’est mise d’accord sur une stratégie : aux municipales, bâtir des listes avec des candidats autant que possible vierges de tout mandat. « C’est une décision collégiale. Un mandat est une mission confiée de façon temporaire. Passer la main, c’est normal et ce n’est pas grave. J’ai toujours été cohérente avec les idées que je soutiens », commente l’intéressée qui met en avant son déjà long parcours d’élue : en 2020, elle aura derrière elle dix-huit années de mandats municipaux à Niort et La Rochelle. Mais pour autant, elle ne déserte pas le champ politique : « Je reste au PCF et je ferai campagne. »


“ Urgence démocratique ”Les sortants quittant le devant de la scène, il reste un an pour mettre en branle une nouvelle stratégie, cautionnée à la fois par LFI, le PCF 79 et le Parti de gauche des Deux-Sèvres : « Aux législatives, La France insoumise a fédéré des personnes qui n’avaient jamais eu d’engagement. On fait le même pari pour les municipales. Une urgence démocratique s’est matérialisée avec les Gilets jaunes. Si nous ne donnons pas la parole à ceux qui n’ont pas de voix, à quoi servons-nous ? Je pense aussi aux jeunes qui défilent pour le climat. On ouvre les portes et on dit : prenez la parole et prenez le pouvoir », résume Stéphane Mauran, militant de la première heure.


“ Anticiper les chocs ” LFI compte intégrer comme candidats des « écologistes du quotidien », selon la formule de Bruno Bonin, secrétaire départemental du PCF. Profil type, Jérémy Robineau-Thomas, qui l’an dernier avec sa campagne a relevé le défi « Rien de neuf », consistant à vivre un an sans rien acheter de neuf : « Je suis très enthousiaste à l’idée de participer comme écocitoyen à une liste qui porte quelque chose d’ambitieux. Une ville doit avoir la capacité à anticiper les chocs écologiques à venir », explique-t-il, citant parmi des pistes d’action la réduction de la viande dans les menus scolaires ou l’ouverture d’une « bibliothèque pour objets », où chacun pourrait emprunter des objets mis à disposition par d’autres habitants. La France insoumise compte également mettre la question des transports au cœur de sa campagne.


Le mouvement n’est-il pas en train de se ripoliner en vert, sentant que c’est de ce côté-là que souffle la dynamique ? Non, dément Nathalie Seguin, qui rappelle qu’elle a été la seule élue d’opposition à avoir voté en 2017 la gratuité des transports en commun dans l’agglomération niortaise, même si la mesure venait du président de la CAN, l’UDI Jérôme Baloge. « Parce qu’il y a urgence écologique, considère Stéphane Mauran, avec ce vote, on a fait fi des postures politiciennes. »

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article