Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Marche pour le climat

Intervention Communiste à la marche pour le climat à Niort le 13 octobre 2018

La maison brûle et nous regardons ailleurs ! Make our planet great again! Il aurait été préférable que des actes réels prennent le pas sur les belles paroles. Mais après 50 ans d’alerte du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), nous sommes toujours au même point.

On glyphosate abondamment notre avenir, on surproduit laborieusement notre misère et on nucléarise ardemment nos relations sociales. Le capitalisme ne se développe «qu’en ruinant dans le même temps les sources vives de toute richesse : la terre et le travailleu (c'est pas du Nicolas Hulot c'est du Karl Marx). Sur l’air culpabilisateur de « Ne laissons surtout pas à nos mômes le plaisir de payer nos dettes ». PIB, rendement, profit, travailler plus et polluer plus pour gagner plus, au détriment de nos vies et de l’écosystème.

750 espèces animales ont déjà disparues et 2700 sont en voie d’extinction. Dans 20 ans, elles rejoindront les animaux légendaires, dragons et autres joyeuses licornes. Si nous ne faisons rien, ce n’est pas une dette que nous laisserons, mais une terre en désolation.

Dans leur monde, tout commence par l’argent et tout finit pour l’argent.

L’oligarchie et l’énarchie à la tête de l’Etat sont incapables d’imaginer pour l’avenir un développement capable de respecter l’être humain et la nature. Comme leurs amis actionnaires, elles voient le monde à court terme.  Elles poussent les gens à regarder ailleurs et sèment les divisions.

Le travailleur contre le privé d’emploi, le RSiste ou les privés de toit… Et le tout contre les migrants qui fuient nos guerres, qui subissent nos politiques libre-échangistes ou les répercussions des changements climatiques engendrés par nos pays industrialisés.

Il n’y aura pas de solution dans le chacun pour soi d’un capitalisme mondialisé.

Seule la coopération des peuples peut entraîner une dynamique vertueuse.

  • Il faut en finir avec les dogmes libéraux de la concurrence libre et non faussée et ses traités de libre-échange.
  • Il faut mettre fin à la colonisation industrielle, favoriser le budget de la recherche au co-développement Nord-Sud à celui de l’armée.

En France, cela passe aussi par la révision des moyens et des fins de productions.

  • La renationalisation des secteurs de l’énergie (gaz, électricité, Total, Areva…) et une planification pluriannuelle des investissements nécessaires à la transition énergétique.
  • La création de régies publiques des biens communs (eau, énergies, transport, médicament) basé sur une gratuité d’accès.
  • Une réforme agraire pour une agriculture paysanne et écologique ainsi que le développement de la consommation de proximité.

Voilà des exemples concrets réalisables si l’on veut s’en donner la peine. Cela ne se fera pas sans confrontation avec les lobbys industriels et financiers mais c’est là la voie du progrès.

Elle doit commencer ici et maintenant, dans nos villes et nos villages.

https://www.lanouvellerepublique.fr/niort/700-personnes-ont-sonne-l-urgence-climatique?

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article