Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Front de Gauche 79 élections départementales 2015

L’élection départementale est d’abord marquée par un taux d’abstention qui montre une nouvelle fois que le système de la 5° République est à bout de souffle.

Des millions de nos concitoyens, frappés tous les jours par l’austérité et ses conséquences, dégouttés par le reniement permanent de ceux qui détiennent le pouvoir, qu’ils se revendiquent de droite ou de gauche, ont perdus espoir dans l’accomplissement de leur devoir civique ; le résultat d’une élection ne représente plus pour eux l’espoir du changement politique.
Devant la démission des dirigeants de l’UMP et du PS face à la finance et la grande bourgeoisie, devant le scandaleux spectacle de quelques dizaines d’individus possédant 60% des richesses du monde, les militantes et les militants du Front de Gauche ont décidés de relever le défi de l’avenir.

Non, le progrès social ce n’est pas l’austérité qui frappe les plus faibles, les salariés, les retraités, les chômeurs, le monde du travail en général et les largesses qui accompagnent chaque revendication du patronat.
Qu’une telle politique soit menée indifféremment par le PS ou l’UMP ne fait que contribuer au désenchantement de ceux qui, en 2012, ont voté pour le changement, à la montée de l’extrême droite, au rejet de la politique.

En se présentant à ces élections, nos candidates et nos candidats ont voulus porter haut les valeurs de progrès social, de justice, de fraternité et de paix.

En considération de ce qu’est devenu aujourd’hui le PS, au regard de ses choix politiques à l’égard des puissants et d’une austérité de plus en plus dure à l’égard du peuple qu’il mène, le Front de Gauche et ses candidats n’appelleront pas à départager les candidats restés en lice au second tour, mais à prolonger le vote de colère que leurs électeurs ont émis en glissant un bulletin blanc dans l’urne dimanche 29 mars.

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article